Une séance de conseil assez surréaliste

Au dernier Conseil municipal, l’opposition, comme à l’accoutumée, a tenté de faire feu de tout bois pour critiquer la gestion de la commune. Pourtant, Jean-Claude Carepel, 1er adjoint chargé des finances, a parfaitement démontré, chiffres et tableaux à l’appui, que nos résultats financiers et budgétaires étaient excellents (+1,5 millions en résultat de clôture par rapport à 2016).

Evidemment, cela ne fait pas l’affaire de l’opposition qui, pour être heureuse, a besoin de dénigrer systématiquement ce que nous faisons en se livrant, comme depuis plusieurs années, à des calculs d’apothicaires sur la dette. Et c’est vrai, les circonstances nous ont rendus victimes de prêts dits «toxiques». J’ai rappelé que plusieurs centaines de collectivités territoriales se sont trouvées dans la même situation du fait des conseils déloyaux d’une banque d’Etat. Lorsque ces emprunts ont été souscrits, leurs taux étaient inférieurs en moyenne de 3 % à ceux du marché et nous avons ainsi pu gagner 4,5 millions d’euros pendant les premières années. Nous avons maintenant rétabli la situation, sans augmenter les impôts pendant plus de 10 ans ce qui est étrange pour une commune qui serait, selon l’opposition, mal gérée, sauf une seule année en 2015 lors de la diminution drastique des dotations de l’Etat. En 2018, une nouvelle fois, les impôts communaux n’augmenteront pas.

Ce qui alourdit le climat, c’est évidemment l’enquête de la Brigade financière. Mais il m’est impossible d’en dire davantage, je suis dans l’ignorance totale de ce que l’on pourrait éventuellement nous reprocher précisément, en dehors de vagues rumeurs, vraisemblablement alimentées de l’intérieur de la Mairie, par des individus revanchards.

De plus, ce qui peut ajouter à la confusion générale des esprits, c’est l’interprétation qui peut être donnée du choix de certains élus, de créer une nouvelle structure qui diverge de l’Union Pour Châtillon. Je rappelle que l’UPC a mis en place une équipe qui se déclarait solidaire. Comme à Nice, allons-nous vivre un nouvel épisode d’Iznogoud, l’homme qui se voulait calife à la place du calife ?

A suivre donc…

email