Triste 14 juillet

Le président de la République a été, comme dit l’auteur, tel qu’en lui-même enfin l’éternité le fige. Tout va bien : les réformes vont se faire, concernant la situation économique, comme il n’y connaît rien, il s’imagine que tout va se remettre tranquillement.

Seul le premier ministre essaie, sans grand succès d’ailleurs, de revenir sur les quelques essais de réformes qui ont été entrepris. La réforme des rythmes scolaires est une catastrophe dans toutes les communes. Le gouvernement cherche le moyen d’y remédier sans montrer qu’il avale son chapeau. Les impôts vont baisser, formidable, après les avoir tant augmentés !

On nous promet les réformes de société et on nous ressort le vieux serpent de mer que François Mitterrand avait lancé : le vote des étrangers aux élections municipales. Le seul effet que cela produit : faire monter le Front National. Le seul objectif des socialistes, c’est en effet, depuis François Mitterrand d’ailleurs, faire progresser le Front National, pour espérer se trouver en tête à tête avec lui au second tour et faire jouer le mirage du recours au « front républicain ».

Tout cela est vraiment pitoyable, évidemment, ils ont beau jeu, l’UMP rencontre de tels problèmes qu’il est bien triste que nos leader ne pensent pas à emprunter ce boulevard qu’il y a devant nous mais patience : ça vient !

email