Parole

Le brouhaha causé par l’expression de propos vifs au Conseil municipal conduit à la confusion. En faisant allusion aux attitudes pendant la Guerre, je ne voulais viser que le principe détestable de la délation. Je ne visais nommément personne. Je suis désolé si certains ont pu le prendre pour eux, mais je maintiens que la délation anonyme est une attitude qui n’a pas sa place en démocratie.

email