L’humanisme et le bien-être commun ne font décidément pas partie des valeurs de la Gauche châtillonnaise!

Un Conseil municipal est souvent le théâtre d’affrontements entre majorité et opposition, avec des visions qui divergent souvent sur les orientations que la majorité en place souhaite impulser à la ville.

Toutefois, il est généralement acquis que, lorsqu’une ou des mesures reposant sur le bien-être commun ou des valeurs humanistes, bénéficiant à l’ensemble de la population, sont mises à l’ordre du jour, les clivages idéologiques devraient s’effacer pour laisser place au bon sens et à l’intérêt collectif.

C’est ce qui, en théorie, se produit généralement, avec ce que l’on peut qualifier  «d’opposition municipale responsable»… partout sauf… à Chatillon.

En effet, lors du dernier Conseil municipal du mercredi 3 octobre, l’opposition municipale, en la personne de Madame Martine Gouriet, a refusé de voter l’autorisation d’extension de la crèche du Petit Poucet. Cette extension permettra aux Chatillonnais de pouvoir bénéficier de 10 berceaux supplémentaires, ainsi que de la mise aux normes de cette crèche, améliorant à la fois la capacité et la qualité de garde des enfants Chatillonnais.

Madame Gouriet ne s’est pas arrêtée pas là ! Elle s’est enfoncée un peu plus dans une opposition stérile que je n’ai pas hésité à qualifier d’indécente, en continuant d’ergoter sur l’octroi par la ville d’une garantie pour les prêts qui seront nécessaires à la restructuration de l’établissement pour jeunes handicapés : l’Espoir Chatillonnais. Du reste, cette décision n’était qu’une décision de principe, permettant d’obtenir un prêt de la Caisse des Dépôts. Sans le concours de la ville, ce projet risquait d’être voué à l’échec.

Enfin, dans son acharnement systématique à critiquer les illuminations de fin d’année, la Conseillère générale a confondu le marché d’éclairage public avec le marché des illuminations… Cela en dit long sur sa capacité à gérer les affaires publiques!

Cette posture politicienne adoptée par Madame Gouriet est indigne d’une élue dont le vote doit être avant tout motivé par le bien-être collectif avant de petits calculs politiques mesquins.

Les Chatillonnais jugeront!

email