Le balancement circonspect

Le débat pour l’élection présidentielle à la télévision hier soir était étrange. Il aurait du être clarificateur, il ne l’a pas été.

On a quand même pu se rendre compte que M. Macron était un brillant produit du système qu’il dénonce. Il a fait l’ENA et il m’a rappelé, dans son discours ambigu et se voulant totalement consensuel, mes études à Sciences Po où on nous apprenait la technique oratoire du « balancement circonspect ». Cela signifiait que l’on devait tout dire et son contraire en paraissant tout à fait mesuré et donc convenable.

En face, Mme Le Pen et M. Hamon ont montré à l’évidence leur insuffisante préparation ; ils ne sont pas au niveau. Je ne suis sans doute pas totalement objectif, mais finalement, François Fillon était le seul qui avait l’allure d’un Président de la République. Et comme depuis le début, son discours est le plus construit et le plus fiable.

email