La politique du vide

« Le changement c’est maintenant » avait dit haut et fort notre surprenant président de la République. On se demande à quoi il a pu penser, il n’a rien compris à la colère qui monte des profondeurs du pays. Il est surpris par son ampleur, il ne sait plus quoi faire ni où donner de la tête. Les commentateurs semblent eux aussi avoir le tournis puisqu’ils sont en train, depuis hier soir, de se « monter le bourrichon » sur un éventuel changement de gouvernement.

Ce n’est pas le gouvernement qu’il faut changer, peu importe les hommes, le problème c’est la politique. Hors cette politique, elle est inchangeable puisque les données fondamentales sont socialistes. Ils ne veulent pas créer de l’emploi, ils ne veulent pas donner des marges aux entreprises. Par conséquent, toute autre combinaison est inévitablement vouée à l’échec, comme le confirme d’ailleurs la montée du chômage annoncée la semaine dernière, et l’ampleur du déficit des finances publiques annoncés encore ce matin.

Dès lors, changer de premier ministre, pourquoi pas mais pourquoi ? rien n’y fera, ce qu’il serait nécessaire c’est changer la politique et ça, ça devrait être dans la tête de monsieur Hollande, mais on se demande ce qu’il y a dans sa tête, sinon de l’inefficacité !

Enfin, si l’on regarde au plan local, notre 12ème circonscription législative est maintenant composée de quatre mairies UMP et ses alliés. Nous revenons donc à la situation que nous avions connue lorsque j’étais moi-même secrétaire de circonscription. Nous pourrons enfin travailler de façon paisible et véritablement efficace pour nos populations entre les différentes municipalités.

email