La conseillère générale socialiste se situe bien dans le droit fil de ses amis du gouvernement, au moins ça, c’est cohérent !

Elle feint de s’indigner du déménagement du C.M.P (Centre Médico Psychiatrique) mais elle néglige de dire que la réorganisation de ce service a été compliqué par son opposition politicienne au regroupement sur l’ancien siège de l’Aérospatiale, rue Béranger, de tous les services municipaux y compris le centre de santé et donc les services psychiatriques que nous hébergions.

Comme les socialistes à l’échelon national, elle n’avait en aucune façon pris en compte les conséquences de son attitude. Si elle avait réfléchi avant, elle aurait mesuré, peut-être, les conséquences désastreuses de cette opposition néfaste.

C’est comme au gouvernement : on imagine des mesures et on s’aperçoit après de leurs effets pervers. Ces gens-là sont bien incapables de gérer. Ne dit-on pas que gouverner c’est prévoir ? Moi, j’avais prévu le relogement de tous les services, et ce sont les socialistes châtillonnais qui m’en ont empêché.

email