La conseillère générale P.S n’est jamais en retard d’attaques aussi sournoises que mal formulées

S’agissant des C.M.P (services de psychiatrie), quelques vérités :

1- Ce ne sont pas des services municipaux. Ils dépendent de la politique nationale de santé.

2- La Ville restructure le Centre Municipal de Santé non pas pour son plaisir, parce que ce serait une lubie, mais pour mieux accueillir les patients et offrir de meilleures conditions de travail aux praticiens du Centre. Et cela, c’est de la responsabilité communale !

3- Nous avons dégagé, malgré les difficultés, un espace de 150 mètres carrés pour un C.M.P. Nous avions manifesté la préférence pour le C.M.P enfants. Et nous avions, par ailleurs recherché, à leur place, des locaux qu’ils auraient pu occuper.

4- Le Centre Erasme a préféré, de son côté, sans aucune concertation, ni avec le Maire de Bagneux, ni avec moi-même, se réorganiser.

5- Nous sommes allés, il y a une dizaine de jours, Madame Amiable, Maire de Bagneux et moi-même, manifester notre mécontentement au président de l’Agence Régionale de Santé, Monsieur Claude Evin. Il nous a assuré que la concertation aurait désormais lieu, nous l’attendons toujours.

Dire, dans ces conditions, que je serais indifférent à ces problèmes est un mensonge éhonté. Ce n’est pas le premier et ce n’est sûrement pas le dernier.

La conseillère générale P.S montre en permanence les limites de son intérêt pour les problèmes des Châtillonnais : contester, critiquer, mentir mais jamais contribuer à régler un seul problème. Elle a paradé en tramway… à Vélizy. On attend encore de savoir ce qu’elle a pu faire pour Châtillon.

email