Ces socialistes sont décidément impayables (sauf par nos impôts d’ailleurs) !

La note de la France vient d’être dégradée par une agence de notation. Est-ce que l’on se souvient de l’incroyable tohu-bohu qu’avait provoqué la première baisse sous la présidence de Nicolas Sarkozy ? Les socialistes étaient intarissables. Qu’on en juge, le premier ministre lui-même, qui n’était alors que le président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale, avait déclaré :

« Quand un pouvoir faillit à ce point, quand il est impuissant à rassurer son peuple, ses partenaires et les investisseurs, son intérêt est d’en changer maintenant ». Chiche ?

Aujourd’hui, la décote de la France est jugée évidemment différemment : « C’est une erreur de l’agence de notation ». Ces jugements sont considérés par Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances, comme « critiques » et « inexactes ». Autre temps, autres mœurs…

Un autre sujet laisse perplexe : ce sont les mâles déclarations sur le chômage. Le Président de la République continue d’affirmer qu’il inversera la courbe du chômage avant Noël. Dans le même temps, sur une radio nationale, Jean-Christophe Cambadélis rappelait que le marqueur de l’action socialiste, c’était la lutte contre le chômage. Mais dans les journaux qui précédaient cette affirmation, c’était, hélas, une avalanche d’annonces de fermetures d’entreprises ou de vague de licenciements. On pourra juger.

Quel crédit peut-on apporter à de tels incapacités ? Décidément il est impossible de faire confiance à ces gens-là, et à Châtillon, il en irait de même.

email